Dons pour l'association Dark Skies Radio

Amount: 

Depuis le 5 avril 2013, l'EP de STRYGE, intitulé "MMXII" ("2012" pour ceux qui sont nuls en chiffres romains ^^) est enfin disponible à la vente (auprès du groupe ou lors de ses concerts) pour la somme relativement modique de 5 euros puisqu'il s'agit d'un bel objet (pochette Cover/ photo du groupe, et disque imprimé) contenant 8 pistes, à savoir une intro, 6 morceaux et un interlude au milieu, soit plus d'une demi heure de musique, en fait l'équivalent d'un mini-album.    

Au niveau de la production, le son est très bon, surtout pour un EP enregistré "à la maison" mais avec tout le savoir faire technique d'Hugo (le batteur et ingé son du groupe), même si les guitares sonneraient bien sûr encore plus puissamment dans le cadre d'un vrai studio d'enregistrement. La batterie (programmée, pour des raisons évidentes de budget) sonne pourtant assez naturelle, et si ses parties sont souvent à l'image de la musique du groupe (c'est à dire complexes et variées), le combo normand arrive sans peine à les reproduire fidèlement sur scène. Au final, on a donc une œuvre et un produit final très proche d'une qualité pro, surtout pour un groupe (pour l'instant) d'envergure locale.

Cela dit, les nombreux concerts donnés dans les bars caennais (et même au BBC, suite à leur victoire largement méritée lors des tremplins organisés par le Pandorfest) ont permis à cette sympathique formation de s'aguerrir et de fourbir leur Métal symphonique mâtiné d'extrême chanté en anglais, qui ne demande qu'à prendre son envol à l'échelle régionale et pourquoi pas nationale.

Voici un commentaire titre à titre:

1) "Prelude to an end": tout commence par ce prologue mettant en avant les talents de Vincent (claviers et orchestration) dont les études au Conservatoire de Caen sont ici mises à profit. Les fans de sympho (et notamment d'EPICA) ne seront pas dépaysés par cette alliance de choeurs grandiloquents et d'orchestre mêlant cordes et instruments à vent.

2) "MMXII": le titre éponyme évoquant les prophéties et les délires à propos de la fin du monde en 2012 (l'éclipse visible sur la pochette en est directement inspirée), démarre par une intro inquiétante. Mais c'est aussi une parfaite carte de visite pour présenter l'univers du groupe: rythmiques agressives distillées par les gratteux Laure et Camille, batterie multipliant les cassures et les parties de double pédale endiablées de la part d'Hugo, chant angélique de Fleur se muant en grunts féroces, répondant aux growls profonds du bassiste Clovis, pendant que les orchestrations et les synthés de Vincent enrichissent le tout. Puis vient le break classique, durant lequel la guitare de Camille et les claviers se répondent en évoquant autant Mozart que Bach. Après un passage susurré par Laure et des vocalises aériennes de Fleur, la batterie lance la charge finale appuyée par moult choeurs, puis un autre solo de guitare de Camille pendant que le duo vocal se lance dans un duels de growls (très caverneux pour l'élément masculin, plus "black" dans le cas de Fleur). Le genre de morceau à tiroir qui sait varier les plaisirs sans tomber dans le piège systématique du plan "la belle et la bête" inhérent au métal symphonique 'à chanteuse'. Pas de linéarité, et un style qui se rapproche des évolutions progressives des deux derniers albums d'EPICA.

3) "Madness rules": Le synthé un peu malsain (façon "boîte à musique diabolique") lance le morceau en binôme avec des guitares assez 'bétons' alors qu'Hugo enchaîne les plans syncopés. Le chants de Fleur est très doux et mélodique, atteignant certaines notes assez hautes, en parfait contraste avec les parties de Camille et Laure qui sont une véritable invitation au Headbanging. Le break en son clair / piano introduit une séquence guitaristique digne de la NWOBHM, achevant ce morceau assez court mais très efficace en live.

4) "Insomnia": Intro mélodique en son clair jouée par Camille avant que les riffs, les claviers et la batterie ne s'emballent en évoquant clairement NIGHTWISH (Tuomas Holopainen étant une des influences revendiquées de Vincent). Le chant de Fleur reste assez sage alors que Clovis se déchaîne vocalement à deux reprises. Mais les choses deviennent encore plus intéressantes quand le rythme s'emballe et que Vincent se fait plaisir au synthé, avant un petit passage en son clair plus folk qui m'évoque "Prodigal son" d'IRON MAIDEN. Quelques vocalises lyriques et notes de basse concluent ce morceau assez abordable pour les néophytes.

5) "Interlude": respiration classique et romantique au milieu de l'album qui laisse de l'espace au piano pour s'exprimer. Cela dit, les autres zicos ne s'en laissent pas compter et rende le tout assez imposant. Une cornemuse apporte une petite touche celtique, avant que les ambiances dérivent vers quelque chose de plus cinématographique et orientalisant, faisant la transition avec le morceau suivant.

6) "God made misery": Le 'tube' potentiel de l'album évoque le passage de la Bible traitant du sort des Juifs réduits en esclavages par le Pharaon et attendant Moïse (les sonorités rappelant l'Egypte prennent donc tout leur sens), alors que le refrain peut aussi se comprendre comme une violente critique contre toute forme d'oppression religieuse. Que ce soit la mélodie et le solo introductif de Camille, les roulements d'Hugo, les chuchotements inquiétants de Laure, le refrain addictif sur lequel la voix de Fleur (dupliquée en plusieurs couches) fait merveille, les passages narratifs ou les fin de phrase growlés par Clovis, le pont très orchestral ou les rythmiques mêlées d'harmoniques entêtantes (Heabanging assuré en live !!!), tout est maîtrisé de bout en bout, jusqu'au final bien extrême où la voix féminine n'est pas plus douce que celle de son compère ours !

7) "Deliverance": Les synthés peuvent d'entrée de jeu faire penser à du STRATOVARIUS. Du point de vue vocal, c'est l'un des morceaux les plus softs de l'EP. Par contre, niveau guitares, c'est carrément heavy; tout en restant mélodique (guitares harmonisées à la tierce !). Les parties de claviers et les orchestrations sont bien présentes, la basse particulièrement audible. Les refrains sont très entraînants, discrètement doublés par les growls de Clovis. La chanson à faire écouter à votre copine pour l'amadouer ^^ !

8) "Spared, harmed and damned": Sans conteste, le morceau le plus épique de l'EP, qui compte l'histoire d'un guerrier nordique en proie aux tourments des hasards de la guerre et de la faveur versatile des dieux. Les lignes vocales sont assez recherchées et les choeurs batailleurs, aboutissant à la punchline de l'album: "Victory is on our way" ! Question guitares, thématique (et growls), on pourra remarquer des accointances avec AMON AMARTH. Quelques spoken words de Clovis précèdent le solo de Camille qui est de toute beauté. Quant aux cavalcades rythmiques couplées aux claviers, elles évoquent parfois les 'maidenades' qui me sont chères ! Le break black/death qui suit est dévastateur. Quand au final, il laisse les guitares s'exprimer une dernière fois, avant qu'une outro (un mixe de plusieurs influences cinématographiques, dont certaines font penser aux BO du Seigneur des Anneaux et Pirates des Caraïbes) clôture les hostilités en beauté.    

En résumé, cet EP, globalement orienté métal orchestral, brasse des influences très diverses, allant du Heavy et du Power au Death mélodique (voire quelques soupçons de Black symphonique), permettant ainsi d'aborder des ambiances variées à l'intérieur même des chansons, et des titres à la personnalité propre qui se distinguent les uns des autres. Le petit plus par rapport à d'autres groupes du même style étant la versatilité de la voie de Fleur, outre les qualités intrinsèques des membres du groupe et de ses compos.

A voir prochainement en live le 12 avril au Bar Le Laplace et le 20 avril au bar l'UBU (les deux sont localisés à Caen). https://www.facebook.com/events/549085868458593/?ref=ts&fref=ts

 
 

Ce soir à 21h ! Venez réveiller vos neurones et terminer votre week-end en musique

Et pas que ça …

avec The Dark Skies

https://www.facebook.com/events/576916932333627/?ref=2

 

Retrouvez moi le 24 février sur Dark Skies Radio 

Cliquez Ici 

( Bonne Saint Valentin à tous :) )

Ophelia Opium

DE/VISION + Waiting For Words : Paris, La Scene Bastille

 

concert

"Rockets & Swords Tour" de DE/VISION à PARIS, La Scène Bastille, en compagnie de WAITING FOR WORDS
Samedi 23 Mars.... 19h30 PRÉCISES !

15€ + frais le location
http://www.weezevent.com/waiting-for-words-fr
Paypal : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ouverture des portes : 19h30 Précises

Aftershow au Bar "Les Furieux" : http://www.facebook.com/events/361527140628325/

----------------------------------------------

DE/VISION qui a célébré ses 25 ans de carrière il y a peu est le porte drapeau Allemand de la synthpop.

Une musique électropop magnifique, alternant les ambiances sombres en envoûtantes avec les tempos entraînants, 
des mélodies catchy et instantanément mémorisables qui rappellent le Depeche Mode à son pic créatif de 1990, 
ou une version dark de Pet Shop Boys, Erasure ou Human League.

Alors que le nouvel album "Rockets & Swords" caracole en tête des charts alternatifs dans le monde, le groupe 
achèvera sa tournée à Paris avant de se lancer dans un Greatest Hits Tour (Automne 2013, Allemagne uniquement)


WAITING FOR WORDS pourrait s’assimiler à un OMD moderne et audacieux. Leur musique mixe habilement structures rock,
pop, new wave et électrodark.

Le nouvel album "Follow The Signs" est accueilli unanimement par les médias et le public comme le plus bel et 
le plus abouti de leurs albums.

Pour l'occasion, le groupe livrera un "birthday set" hors tournée (titres rares, covers...) avant de reprendre 
le cours de leur tournée vers Poitiers, Bordeaux, Toulouse, Nimes et la 1ère partie d'Orchestral Manoeuvres in 
the Dark à Paris au Trianon.

 

Interview avec Brian Manowitz, the Vegan Black Metal Chef



Bonjour Brian, peux-tu nous décrire la genèse du Vegan Black Metal Chef ?

Je pense que, tous les jours, je mange une cuisine végétalienne étonnante et, en plus, ce n’est pas cher. Je me suis dit : "le monde doit savoir ça". Le Vegan Black Metal Chef est ma façon de montrer au monde ce que mangent les végétaliens, de la façon la plus amusante que je sache faire.


Quelles sont tes influences musicales ? quels sont tes groupes préférés ?

J’ai un grand panel d’influences musicales, depuis le thrash old school jusqu’au black metal en passant par l’industriel, la musique celtique ou tribale. Mais pour le Vegan Black Metal Chef, mes influences musicales les plus évidentes sont [i][b]Dimmu Borgir, Emperor et Immortal[/b][/i].


Peux-tu nous parler de ton groupe, Forever dawn ?

Oui, Forever dawn est mon projet musical qui tente de combiner les éléments majeurs du black metal et de la musique industrielle, je vais le relancer cette année, quand l’album sera terminé (je le mixe en ce moment même). Combiner ces différents éléments et influences a demandé une travail de mixage délicat.


Peux-tu nous décrire la réalisation d’une vidéo ? comment procèdes-tu ?

Bien sûr. Tout d’abord, il faut savoir que j’ai une des tonnes de différents plats et je me contente d’en choisir un ou plusieurs qui me plaisent sur l’instant. Puis le tournage du film dure juste une nuit, la production environ une semaine, et la création de la musique quelques semaines de plus. Ensuite il y a encore un petit travail de production et d’ajout de quelques subtilités. Au final, cela donne un nouvel épisode.


Composes-tu une musique pour une recette ou choisis-tu la recette en fonction de la musique que tu composes ?

Je compose une musique pour chaque recette, je n’ai pas un catalogue de chansons que je me contente de balancer sur une vidéo. Du coup cela me permet de faire des expériences musicales avec chaque recette et voir ce qui colle et ce qui ne colle pas.


Le succès du Vegan Black Metal Chef a-t-il eu un influence sur ton agenda en tant qu’ingénieur du son ? as-tu recu plus de demandes ?

Ah oui alors !!! mais j’ai stoppé mon activité d’ingénieur du son. Je me considère toujours comme "en apprentissage" en la matière mais je serai heureux de reprendre dans l’avenir, lorsque je serai meilleur.


Combien de copie du DVD et de l’album [i]"year one - the reign of seitan begins"[/i] as-tu vendu ? as-tu pu le vendre dans le monde entier ?

J’en ai vendu quelques centaines. Vu que les DVD sont en zone 0, ils sont visionnables partout dans le monde mais les frais d’envoi sont vraiment problématiques. Je suis en train de chercher une meilleure distribution mondiale pour faciliter le coût d’envoi. Si tu connais des disquaires en France qui peuvent les écouler, dis leur de me contacter.


Parfois le milieu black metal peut manquer d’humour (je pense à la Scandinavie), as-tu reçu des réactions négatives ?

J’en ai reçu quelques unes mais cela ne me dérange pas. On ne peut pas plaire à tout le monde et chacun est libre de penser et de dire ce qu’il veut.


Quel est ton avenir ? Chef ? Musicien ou ingénieur du son ?

Musicien et professeur de cuisine végétalienne. Mes projets du moment sont de finir le premier album de Forever dawn, de faire de nouveau épisodes de Vegan Black Metal Chef et un livre de cuisine. Puis de partir en tournée avec Forever dawn avant de faire de nouvelles démonstrations de cuisine en tant que Vegan Black Metal Chef.


Enfin, connais-tu la scène européenne et surtout française ? connais-tu des groupes français ?

J’ai vu des groupes black metal francophones quand je suis allé à Montréal. J’ai aussi vu Merrimack quand ils ont joué avec Marduk à Tampa il y a quelques années de cela. Mais il est assez difficile de trouver des renseignements sur des groupes français par ici (ndla : en Floride).

Cette interview touche à sa fin, as-tu quelque chose à dire à tes fans francophones ?

You all kick ass !! (ndla : dans le texte). J’espère pouvoir visiter la France dans un futur proche.