Dons pour l'association Dark Skies Radio

Amount: 

grendel

Après 9 ans d'absence, le fameux groupe néerlandais d'électro-indus est revenu à Paris pour un concert à la Scène Bastille ce samedi 22 Décembre 2012. C'est une autre preuve que la fin du monde n'a jamais eu lieu.

Après la sortie de leur dernier album Timewave : Zéro, confirmant un virage musical tant décrié par les fans depuis l'EP Chemical & Circuitry, que peut-on attendre du concert ?

Grendel ne fait pas exception à la règle : beaucoup de playback, le chant est très clair par rapport à ce qui est connu du groupe.
Mais heureusement que les trois membres de Grendel (VLRK, S42H et une chanteuse guest) compensent par leur prestation et leurs énergies, en faisant participer le public qui sait pourquoi il est là, et cela se ressent d'autant plus que la salle permet un concert et des relations proches avec les spectateurs pendant plus d'une heure.

Lorsque la musique de soirée s'interrompt et que les lumières s'éteignent, le public est en attente et soudain une intro se fait entendre, celle de Harsh Generation. Lorsque le premier morceau commence, des tonnerres d'acclamations retentissent pour acceuillir le groupe. 

Des morceaux de la période Harsh Generation (Harsh Generation, Hate this, Void Malign...) ont été joué pour le grand plaisir des fans qui chantent parfois en même temps que VLRK qui leur tend le micro avec grand plaisir.
Les morceaux récents (Chemical & Circuitry, Timewave:Zero, ERP // EDP, Conflict Instigation, Out of my mind) mais aussi OneEightZero et Soilbleed ne sont pas oubliés tout au contraire.

Ceux qui avaient toujours dansé sur Dirty vont être surpris par la nouvelle version de ce morceau, chantée par la guest dans ses manières illustrant "I like it dirty".

Au rappel, après un grand clameur le groupe a demandé aux fans quel dernier morceau sera joué, et ce morceau est : Zombie Nation, la fameuse reprise de Kernkraft 400, mais re-travaillé, avec un son "new" Grendel, avant de se retirer en beauté et laisser place à la soirée.

Grendel n'est sûrement plus le même qu'à l'époque pré-Chemical&Circuitry, on sent que les morceaux joués en live ne sont pas autant traités que les morceaux studios et bien que cela décevra ceux qui avaient apprécié les lives passés, mais cela reste un bon concert, à voir au moins une fois, dans les festivals où ils joueront en 2013, ou dans d'autres concerts plus intimes comme celui de Paris.

Bonne année 2013

 

Le 1er Janvier 2013


A toutes nos oreilles attentives,


Depuis 2011, nous vous proposons des émissions déjantées avec une programmation hors du commun. Toujours aux petits soins pour vous, notre équipe de journalistes parcourt pays, sites communautaires et blogs musicaux à la recherche d'artistes talentueux à vous faire découvrir.


En Août 2012la Radio s'est officialisée, nous sommes maintenant une Association à but non lucratif. Notre modèle économique repose sur le bénévolat, et c'est par passion et dans un esprit de partage que notre équipe se réunit lors d'émissions en Live pour vous réveiller les neurones et pas que ça...


Notre financement est autogéré par le Conseil d'Administration, mais svp nous pas argent, famille très nombreuse à nourrir (les animateurs ça bouffe et ça boit !) [surtout le président :d] alors n'hésitez pas à nous adressez vos dons à Dark Skies Radio : chèque, paypal, liquide, nature* ^^ acceptés :)


Notre équipe vous promet pour 2013 des émissions toujours aussi délurées, remplies de rirejoie et de bonne humeur, et beaucoup d'autres surprises ! Nous espérons que cette nouvelle année vous sera prospère, en AmourSexeAmitiéSantéChance et Bonheur.


C'est avec empressement que nous vous donnons rendez-vous le Dimanche 13 Janvier à 21h sur Dark Skies Radio pour la première émission de cette année 2013. Merci encore de nous être fidèles, et de nous suivre depuis 2011.

 

La Team Dark Skies




*Sous conditions, photographie avec le flyer de Radio vivement recommandée ;)

{jvotesystem poll==1}

Concours Dark Skies Radio

En cette période de fêtes de fin d'année, et puisque nous avons survécu au 21 décembre, nous lançons un jeu concours qui récompensera les meilleurs auditeurs de la radio.

Le principe est simple : prenez-vous en photo avec notre flyer et envoyez la-nous à :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nous la publierons dans le dossier concours sur Facebook, et nous la partagerons.

Le flyer est disponible chez Darkland Paris, et en première photo de l'album du concours. Nous acceptons tous les affichages imaginables du flyer du moment qu'il est clairement identifiable. :)

Merci de vous limiter à une seule photo par participant ;)

Le 13 janvier prochain, la photo ayant reçue le plus de « like » remportera une invitation pour venir assister à une émission dans le studio de la radio, ainsi que 2 entrées pour la soirée Nightoo de fin janvier.

https://www.facebook.com/events/125748794254793/

Winterburst est un groupe versaillais de black metal symphonique qui possède quelques très bons atouts dans sa manche.

 

On peut entendre tout au long des six titres du premier EP des riffs de guitare efficaces, des duos guitares-claviers intéressants et des solos qui savent agréablement ponctuer les morceaux, le tout sans démonstrations excessives. On citera, à titre de moment fort, the sign of the black Ivy qui rassemble toutes les facettes de la musique du groupe et dont King Diamond n’aurait pas renié l’intro.

 

The mind’s cave, le premier album, confirme la bonne impression laissé par l’EP. Winterburst persiste sur la voie tracée par Dragonlord par exemple mais surtout Dimmu Borgir. Cette influence majeure se voit dans des morceaux comme A mirror's game, The mind's cave, ou encore Beyond the wall. Mais on ressent chez Winterburst une volonté d'avoir une personnalité qui lui est propre. Ainsi D'ombres et d'infini, est très orchestral, chanté en français, et flirte parfois avec le metal. viking, Circus of freaks tend plutôt insensiblement vers le horror metal avec son intro façon musique de fête foraine ouvrant sur un morceau assez épique qui tourne parfois à la valse endiablée.

Ce premier album - autoproduit - de Winterburst est une réussite et on leur souhaite dès lors la brillante carrière qui doit logiquement s'en suivre.

 

Winterburst a été reçu dans les studios de Darkskies radio en octobre 2012 à l’occasion de l’émission Entre la lumière et l’ombre. Le podcast sera bientôt disponible.